Programmes à sons et Sculptures sonores

Orgue à Larsen

Musique générative in-situ

Et si l’on pensait une musique numélectroacoustique qui se compose et s’harmonise en fonction de l’espace dans lequel elle est jouée ? De la musique qui parle d’elle même, un son qui parle du son. Un système qui capte les résonances naturelles de l’espace et de ce qui le compose pour en proposer une restitution, une recomposition, une réinstallation pour créer une nouvelle appréhension du son par l’espace, de l’espace par le son.

Le microphone capte les résonance de l’espace dans l’objet et le haut parleur rediffuse cette captation dans l’objet. Cette amplification se mord la queue et nait ainsi un larsen. Les outils de captations et de diffusion deviennent les instrument et l’espace la caisse de résonance. L’espace et le dispositif créent ensemble le timbre du larsen, la personnalité, la couleur de la composition. Le tout est régit par un aléatoire numérique qui renouvelle sans arrêt la composition par la motricité des roues et donc la hauteur des microphones.

Le spectateur est immergé dans l’œuvre, il interagit avec le son en création, mais ce de façon subtile. Il n’est pas interprète, pas plus que l’artiste. Il évolue simplement dans l’espace et dialogue avec lui. Le simple fait d’y être présent constitue son influence sur l’œuvre vivante qui se compose et se joue en temps réel. L’expérience de l’écoute est unique et retrouve alors une légitimité. C’est le son d’ici, c’est le son de maintenant.

Installation de l'orgue à Larsen en Juin 2019
Module n°3, DNSEP 2018
Experimentations en céramique, Janvier 2017